Le Val des Intouchables

Forum RP médiéval fantastisque
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Latenrielle, ville voisine du fort de Tond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Krighris
Dénichieur de défo
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 14/11/2008

Feuille de personnage
Rang social: éclaireur d'une tribu Noghris

MessageSujet: Latenrielle, ville voisine du fort de Tond   Dim 28 Déc - 18:22

Nous arrivames enfin a quelque chose. C’etait bizarre, et surtout tres moche. C’etait tres grand, tout blanc, et ca avait l’air tout dur. Atroce, en gros. Nous progressions vers le machin quand des gens a cheval nous accosterent.
-« Qui etes-vous ? Identification ! » Putain, c’est quoi cette langue ? J’ai rien capte.
-« Dis, Ax, t’as compris quelque chose ? »
-« Evidemment, c’est du Commun, la langue commune a tous les peuples. »
-« Ca me rappelle vaguement quelque chose… »
-« Tu parles pas le Commun ? »
-« Un peu… »
-« Tu sers vraiment a rien… »
-« Mais si… »
-« Non. Maintenant tais-toi et laisse-moi communiquer avec eux. »
-« Bon, vous vous identifiez ou bien on vous emmene a la forteresse ! »
-« Et la, il a dit quoi ? »
-« Que si on n’etait pas gentils, on allait avoir bobo. »
-« Ah bon ? »
-« Non, mais j’ai un peu simplifie pour toi… »
-« … »
-« Euh, je suis Axl et voici mon compagnon de route, Krighris. C’est un noghris. »
-« Axl ? Quel nom imprononcable. Ca vous embete si je vous appelle Ax ? Bien, parfait. Et que faisez-vous ici ? »
J’vais leur prouver que je sers a quelque chose !
-« Moi venir de Steppes, grande avec herbe. Moi avoir faim de viande de cheval et de cheptel. Moi vouloir dormir au chaud. »
-« Manger de la viande de Cheval ? Vous etes des monstres ! Ici, il est interdit de faire du mal a un Cheval, il a d’ailleurs plus de droits que vous. Si vous n’obeissez pas aux regles, vous serez avertis une premiere fois, puis ce sera la prison et l’amende. Et les etrangers comme vous, on les fait raquer un max ! »
-« J’ai pas tout compris, la… »
-« En gros, si on fait bobo a un cheval, c’est lui qui va nous faire bobo. »
-« Il a vraiment dit ca ? »
-« Non, j’ai simplifie. Bien, merci de votre avertissement, a la prochaine ! »
-« T’as dit quoi, la ? »
-« Qu'il etait gentil et qu'on se reverrait surement une autre fois. »
-« Bien, respectez bien les lois en vigueur et tout ira bien pour vous. Si vous pas mechant, nous pas faire bobo vous. Toi comprendre, noghris ? »
-« Moi comprendre, bouffon !


Tsss, il s’imagine quoi, l’autre tache ? Bon, nous sommes repartis vers le machin tout moche. A l’entree, en gros, ils nous ont envoye chier pasque on pouvait pas entrer. On a du traverser un pont avec pleins de grosses tentes solides et moches de l’autre cote. Ax m’a dit que c’etaient des maisons. S’il le dit, hein…
-« Ax, j’ai faim… »
-« Tant pis, de toute facon, t’es un ventre sur pattes… »
-« Il nous reste un cheval, on pourrait peut-etre… »
-« T’as deja oublie ce que l’autre a cheval a dit ? »
-« Euh…Que si on faisait bobo a un cheval, il nous ferait bobo ? »
-« Oui. Et, en reflechissant, tu en deduis que… ? »
-« Que faut pas que les gens nous voient tuer le cheval. »
-« Mais non, noghri. Tu en deduis qu’il faut trouver un autre moyen de recevoir a manger. Il nous suffit de vendre le cheval a quelqu’un puis d’utiliser nos gains pour acheter a manger. »
-« Ah ! Faire du troc, tu veux dire ! »
-« Non, vendre et acheter. »
-« C’est quoi ? »
-« Vous n’avez pas d’argent, chez les noghris ? Fascinant… »
-« S’quoi l’argent ? »
-« C’est les machins ronds qui brillent. »
-« Ah ! J’en ai, de ca. Des Ronds Brillants. Mais ca sert juste a faire joli, chez nous…Et ca fait combien ? »
-« Ca depend d’ou tu vas. Attends, on va vendre le cheval. »


Nous partimes donc en quete d’un acheteur pour la loque qui s’appelait cheval et que nous possedions. On aurait pu le donner a un equarrisseur mais ils avaient ptet pas ca ici…Quels bande de sauvages…Jeter de la bonne viande de…bref, et les pauvres enfants qui meurent de faim en Afr…Mais de quoi je parle, moi ? N’importe quoi !
Il faudrait plutot que je me rattrape pour redevenir un Heros ! Et aller au Paradis des Heros…

-« Pourquoi t’as de la bave qui coule de ta bouche, Criliss ? »
-« Ah non, rien. »


Apparemment, les gens avaient pas vu beaucoup de noghris, puisqu’ils arretaient pas de me regarder. Faut sortir, de temps en temps, bande d’incultes ! D’abord, vous etes tous des abrutis, a ne pas manger du bon dada…
-« Bonjour, nous voudrions vendre notre cheval et notre charrette, par ou devrions-nous aller, s’il vous plait ? »
-« Alors vous allez tout droit, puis vous prenez a droite a la troisieme intersection. A gauche immediatement apres, puis droite, droite, gauche, a droite apres une intersection, puis encore une fois a gauche et vous y serez. C’est bon, vous avez compris ? »
-« Non. »
repondis-je.
-« Si on a compris. On trouvera. Merci beaucoup. »
-« T’as vraiment compris ? »
-« On trouvera, j'en suis persuade ! »
-« T’as rien compris, je le savais ! »
-« On trouvera bien nous-memes… »[/b]

Nous arrivames finalement a un vendeur de chevaux et de charrettes. Un charretier, quoi.
-« Bonjour, nous voudrions vous vendre ce magnifique destrier au poil luisant et au pas leger et rapide, ainsi que cette charrette qui va magnifiquement avec. »
-« L’a l’air completement K.O. votre Cheval. Ca fait combien de temps que vous l’avez ? »
-« Quelques jours… »
-« L’a quel age ? »
-« Deux ou trois ans… »
-« S’marrant, ‘dirait qu’il en a bien sept… »
-« Mais non, pas du tout ! Voyez-vous bien cette magnifique charrette, chef d’œuvre de l’art noghris ? »
-« Mouais…Bon, votre Cheval est mince, voire meme maigre… »
-« Sportif… »
-« Son poil est terne, signe qu’on ne s’occupait pas de lui tous les jours… »
-« C’est une race de chevaux noghris. Ils sont eleves dans les steppes et donc leur poil est naturellement terne, pour mieux echapper aux predateurs… »
-« Ses dents vont bien… »
-« Evidemment qu’elles vont bien ! »
-« Je vous prends le tout pour 75 pieces d’or. »
-« 175. »
-« ‘Voulez m’mettre sur la paille ? Z’avez aucune notion d’argent ? Ca vaut pas plus de 65 pieces, alors je suis deja genereux, et en deficit qui plus est. »
-« Je connais les prix d’un attelage tel que celui-ci. J’ai pas ete eleve chez les noghris, moi, je suis un nomade. »
-« Vous etes un nomade ? Pour un compatriote et ami nomade, je peux monter a 120 pieces. Mais faut plus que je sois aussi gentil, ou ma femme va m’engueuler… »
-« Dis, Ax, il se passe quoi, la, en fait ? »
-« Il essaye de nous arnaquer de 50 pieces… »
-« T’en veux combien ? »
-« Euh, tu vas faire quoi ? »
-« J’ai toujours ete le pro du marchandage, t’en veux combien ? »
-« A peu pres 180 pieces d’or. »
-« Parfait. Bon, pote moi. Fete fini. Toi donner bon prix 180 sinon moi exploser gueule toi. Femme toi pas te reconnaître. Moi te faire gros bobos, avec griffes moi. »
dis-je en sortant mes griffes et en l’attrapant au collet.
-« C’est une agression ! C’est interdit ! Vous n’avez pas le droit de m’intimider… »
-« Vous savez, M’sieur, je le connais depuis quelques temps, et il est tres violent quand il est contrarie…Je l’ai meme vu couper des oreilles parce qu’un autre noghris lui avait souffle dessus…Il est vraiment flippant, vous savez… »
intervint Ax.
-« Tu trouves vraiment ? Sympa, merci Ax. » repondis-je, les larmes aux yeux. « Plus rigolade maintenant. Toi prendre vente et donner nous Ronds Brillants 180. Sinon toi bobos. »
-« D’accord, c’est bon, oublions ce regrettable accident…Je ne ferais jamais que 50 pieces d’or de benefice dans quelques mois…Tant pis, c’est mieux de garder la vie. En plus, j’peux pas prevenir la milice, s’ils mettent le nez dans mes affaires, chui foutu…D’accord, voici votre argent ! J’espere que nous ferons de nombreuses autres affaires !Allez plutot crever sur la grande-place… »

-« Tu vois, Ax, c’est comme ca qu’on fait des affaires ! »
-« Chacun sa methode, j’imagine… »
-« Bon, donne moi la moitie des Ronds Brillants. Ca fait…euh… »
-« Ce sont des pieces d’or, et ca fait 90. »
-« Ouais, bin file-moi euh…la moitie. »
-« Tiens. On fait quoi, maintenant ? »
-« On trouve une tente ou manger et dormir ? »
-« Tu veux dire une maison, et sans doute une taverne ? »
-« Peut-etre. »
-« Allons-y, alors. »


Nous nous dirigeames donc vers une tente solide, grande, avec plusieurs etages, atrocement moche, qui portait le nom de Cheval Galoppant sur la Plaine dans les hautes Herbes agitees par le Vent. Baleze, comme nom, hein ? Le mieux, c’est encore comme le proprio a reussi a caser tout ca sur sa minuscule enseigne, mais ca c’est une autre histoire qui n’a pas sa place ici.
Nous penetrames de concert dans le batiment, nous attirant de par ce fait les regards de tous les clients. Nous nous presentames brievement au tavernier et demandames la seule chambre restante encore disponible, ainsi qu’un repas. Le tout nous couta un Rond Brillant chacun. Enfin, une piece d’or. Nous allames nous asseoir dans un coin et commencames a consommer, surtout moi, d’ailleurs. Je decouvrais la biere. Ca faisait chaud et c’etait desagreable au debut, mais ensuite, on avait l’impression de flotter sur un petit nuage.

Enfin, au debut. Ensuite, on se rendait compte qu’on etait en terrain ennemi, en danger…

-« Tiens, fais-moi une place a ta table, noghris. » dit un homme.
-« Tu veux ma peau ? Hein ? Tu veux ma peau ? »
-« Nan, j’veux juste en apprendre plus sur toi… »
-« Tu vas m’assassiner dans une ruelle ? T’es fringue comme les types qu’on a rencontre avant, devant le gros machin tout moche… »
J’m’en etais pas rendu compte, mais il parlait la langue des Steppes.
-« Oui, je suis un soldat ! » dit-il d’un air fier.
-« Les soldats, c’est pas les types qui m’ont pris pour un attarde tout a l’heure, Ax ? »
-« Si. »
-« Bien, les soldats sont donc tous des cons. »
-« Quoi ?! Tu cherches la bagarre ? »
-« Tu prevoyais ca depuis longtemps, hein ? T’attendais ton heure pour pouvoir me taper dessus, hein ? Tu vas decouvrir la puissance des noghris ! »


Mes Stats :
Attaque : 15
Defense : 12
Degats : 9
PV : 24 (ouais tous les jours de repos dans la charrette…)
Stats du soldat :
Attaque : 13
Defense : 15
Resistance : 4 (Bon, Arutha repond pas a mes questions, donc je vais faire comme si ca existait pas >.> )
Degats : 9
Mana : 10
PV : 20
BORDEL J’COMPRENDS RIEN AVEC LA MAGIE QUI AUGMENTE LA RESISTANCE

Nous etions trop proches l’un de l’autre pour combattre veritablement efficacement, et la table, ainsi que le banc, nous genaient. Mon adversaire reagit instannement avec un truc bizarre. Enfin, je m’en suis pas rendu compte sur le coup, mais quand j’ai essaye de lui ecraser le bide avec mon poing, son armure en metal a meme pas reagi. Comme si elle etait devenue plus resistance. N’empeche que lui, il a quand meme recule, alors tant pis pour le reste !
Spoiler:
 

La surprise avait fait reculer mon adversaire, mais il s’appretait a sortir son arme, une lance. Ca doit pas etre pratique, pour un combat en taverne. D’ailleurs, quand j’ai renverse un banc sur lui, il a saute a l’arrache sur un cote, evitant l’objet. En meme temps, il a pas sorti sa lance.
Le coup suivant, il etait prêt a tout. Surtout excite par ses copains derriere, qui arretaient pas de gueuler, peut-etre aussi. Resultat, il a bondi sur moi, me donnant un grand coup avec la hampe de sa lance a moitie sortie dans la poitrine. Grace a mes puissants muscles abdominaux, j’ai pas gerbe partout, mais limite. Par contre, je lui ai mis un de ces coups de griffes dans le pif, whoa !

Spoiler:
 

Bon, y’en a marre, ca fait bobo. Je me jetai sur lui le plus vite possible, mais je me pris les pied dans quelque chose et m’ecrasai par terre, heureusement sans dommage. Tous les gardes de la taverne eclaterent de rire et encouragerent leur camarade a m’assomer pour de bon. Seulement, lui aussi, il etait assome par les coups que je lui ai file. Resultat : Il s’est ecrase par terre comme une merde.
A ce moment-la, les soldats rigolaient beaucoup moins. Deja, c’etaient les accusations de meurtre, d’atteinte a la vie d’un soldat, et tout et tout. Les trois soldats restants se leverent donc, prenant leurs lances sur le mur ou elles etaient posees…

-« Allons, ne vous battez pas ici, je vous en prie ! » s’ecriait le tavernier.
-« J’crois que t’as fait mal a notre copain…Ca va etre douleureux pour toi, j’pense… »
-« Venez prendre votre pate. Allez, Ax, viens m’aider ! Ax ? Aaaaax ? T’es ou ? T’es parti ? Tu m’as abandonne ? Ca va pas, ca, Ax, allez, viens. S’il te plait ? Non ? Aie… »
-« Tu parles a ton ami imaginaire ? »
-« Tu veux te faire foutre par un taureau en rut ? »
-« Hein ? »
-« Il parle meme pas la langue, le pauvre…Ils recrutent n’importe qui, dans les gardes, ou bien juste les loques comme vous ? »
-« Tu vas voir si on est des loques…Quand tu seras en taule, tu diras pas ca… »
-« Peuh ! C’est pas des dresseurs de chevaux comme vous qui vont m’inquieter ! Des canassons, c’est fait pour etre bouffes. Venez voir la force que ca donne, bande de minables ! »
-« Blaspheme ! Ca va te couter cher, ptite tete ! »


Mes Stats :
Attaque : 15
Defense : 12
Degats : 9
PV : 15
Stats des 3 soldats :
Attaque : 13
Defense : 18
Resistance : 4
Degats : 9
Mana : 10
PV : 20

Le combat a un contre trois commenca donc. Deux d’entre eux s’avancerent vers moi, et attaquerent avec une combinaison pour le moins interessante. Je reussis par miracle a eviter le double coup en faisant un enorme bond en arriere. Dans la porte. Aie, mais pas trop. Celle-ci etait d’ailleurs solide, et ne bougea presque pas. Le troisieme soldat, qui etait reste en retrait, s’invoqua le truc qui fait que l’armure resiste mieux et fait mal au main quand on tape dessus. En riposte, je me saisis de deux chopines qui trainaient a proximite, l’une vide et l’autre pleine. Je lancai la vide, but la pleine, puis lancai celle qui fut pleine. Les gardes, deconcentres, tenterent de bloquer les chopes mais ne reussirent qu’a se gener avec leur longues armes. J’en profitai pour bondir et frapper a la gorge le soldat de droite.

Le soldat qui etait en retrait, a un certain signal, lanca sa lance sur moi. La pointe se ficha a quelques millimetres de mon oreille gauche. J’ai ete terrorise sur le coup, et donc quand les deux soldats qui avaient bondi sur le cote, me lancerent chacun un tabouret, je ne bougeai pas. Surtout pour leur donner le plaisir de me toucher. Le choc m’avait ejecte dehors. Bobo. Sous la douleur, je m’effondrais par terre, entendant les mots d’un garde :

-« Bien, ivresse sur la voie publique, degradations de biens materielles dans une taverne, agression d’un garde imperial, insultes, blasphemes nombreux et repetes. Ca va lui couter cher. Envoyez tout ca en cellule ! »
Puis ce fut le noir complet…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazare
Administrateur/MJ
avatar

Messages : 342
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: Latenrielle, ville voisine du fort de Tond   Dim 28 Déc - 19:21

Les gardes se mirent à deux pour porter le Noghris.

T'as compris ce qui s'est passé toi?

Mouvement de tête négatif.
J'en sais rien mais il a bien amoché Gherarth... On va le garder un bout de temps celui la. Mais au fait il avait pas un compagnon?

Haussement d'épaules.
On va laisser le sergent gérer, vu les coups de griffes qu'il a pris il doit être bien furieux pour nous écouter.
...
Punaise il est vraiment lourd l'animal!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jdr-leval.1fr1.net
Arutha
Administrateur/MJ
avatar

Messages : 613
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: Latenrielle, ville voisine du fort de Tond   Dim 28 Déc - 20:56

Dans la cellule, Krighris était attaché par les mains et les pieds sur le mur. Deux gardes qui le surveillaient se mirent au garde-à-vous quand le sergent entra.

"- Il est réveillé? demanda le gradé.
- Oui sergent.
- Ouvrez la porte, je vais lui parler.
- Bien sergent."

Le sergent entra dans la cellule et s'approcha du noghris.

"- Gné?
- Est ce que tu parles la langue des steppes?
demanda le sergent au noghris.
- Gné?"

L'homme frappa de son poing le visage du noghris.

"HEY ABRUTI pourquoi tu me frappes? détache moi et on v..."

Le sergent frappa de nouveau.

"- Je ne t'ai pas dit de parler.
- Pour qui tu te prends?
lança le noghris."

Cette fois-ci, le poing du soldat se dirigea vers la ventre.

"Maintenant tu vas m'écouter. Vu que tu parles la langue des steppes, cela va être plus simple. Je ne sais pas d'où tu viens et ce n'est pas un noghris des steppes qui va me faire peur. Ici tu es dans l'Empire et que cela te plaise ou non, tu dois respecter la loi.
Dans deux jours, ton procès aura lieu. Tu seras jugé pour tous tes actes, j'espère que la chance est avec toi, sinon tu vas rester un bon bout de temps en cellule."


Le sergent tourna les tallons, sortit de la cellule et s'adressa aux gardes.

"- Faite le boire mais ne lui donnez pas à manger. Le procès en sera d'autant plus facile.
- Oui sergent."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jdr-leval.1fr1.net
Shalimar
Dénichieuse de défo
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 23/08/2008
Age : 29

Feuille de personnage
Rang social: Combattante errante

MessageSujet: Re: Latenrielle, ville voisine du fort de Tond   Mer 31 Déc - 2:00

Shalimar était avec Ginta, son mari, en pensée, ou peut être était ce l'inverse. Toujours est il que Shalimar ne savait pas par ou commencer, son fils était prisonnier près d'un marais, mais elle ne savait pas grand chose du monde en dehors des terres aux alentours de Latenrielle. Elle s'était arrêtée dans un bar pour se changer les idées et peut être trouver un point de départ lorsqu'elle vu ce duo étrange. Il s'agissait d'un noghris à la fourrure grise-bleue foncée visiblement accompagné d'un humain blond aux yeux bruns. Ce petit duo l'intéressa de plus en plus au cours de ce moment passé dans le bar. En effet durant ce moment, le noghris montra de la bravoure, ou de la stupidité selon les points de vue, tandis que l'humain ne fit preuve que de couardise en esquivant l'action produite par son ami, enfin, elle supposa qu'ils étaient amis vu comment ils étaient entrés dans le bar. Vu comment ils avaient consommés ensemble aussi, et là il lâchait son ami alors que ça s'apprêtait à dégénérer... Quelle lâcheté, si jamais elle le retrouvait elle lui ferait sa fête.

La scène qui s'ensuivit avec les gardes fut à la limite du burlesque mais Shalimar resta tranquillement assise à observer, à la recherche d'un garde du corps potable. Il était fort et peut être que juste lui donner un but pourrait lui permettre de vivre en harmonie avec la société. Il avait perdu finalement mais face à trois soldats après un combat singulier, elle considéra que c'était une défaite honorable et elle décida que c'était ce noghris qui ferait son garde du corps et pas un autre. Le lendemain, elle se dirigea vers la prison où avait été mené ce noghris et entama une discussion avec le gardien:


"Bonjour monsieur le garde, je désirerais connaitre la caution du noghris arrêté hier soir."
"Bonjour madame. C'est un ami à vous?"
, répondit il en regardant dans son recueil.
"Pas exactement."
"Je suis désolé, il n'y a pas de caution fixée, il doit passer en procès demain si la date n'est pas changée."


C'est à ce moment là, pendant que Shalimar tentait de convaincre le garde de fixer une caution rapidement, même hors de prix, affirmant que ce ne serait pas un problème pour la payer, ce fut donc ce moment là que choisi le couard pour arriver avec la même intention: payer la caution du noghris.

"Je viens de dire à cette dame que ce noghris doit avoir un procès demain, je suis désolé, je n'ai pas le choix ni le pouvoir de lui fixer une caution."

Shalimar insista alors pour pouvoir au moins voir ce noghris derrière ses barreaux, et après quelques minutes de discussion, le garde accepta en grognant tout de même un peu. Arrivés devant la cellule, l'animal se mit à hurler dans un charabia incompréhensible que semblait pourtant comprendre la personne visée: le fuyard. Trouvant le temps long, Shalimar intima au noghris de la fermer un peu, il lui répondit dans un langage particulier:

"Aller toi faire foutre, je te pas causer, chui en train de gueuler sur Ax, attendre ton tour comme petite fille gentille une."

Et il gueula encore quelques temps avant de se tourner vers Shalimar, plus intrigué que calme. Ainsi elle put lui dire qu'elle allait tenter de le faire libérer s'il acceptait de devenir son garde du corps puisqu'elle comptait faire une sorte de tour du monde mais elle n'était pas armée et elle l'avait vu se battre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arutha
Administrateur/MJ
avatar

Messages : 613
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: Latenrielle, ville voisine du fort de Tond   Mer 31 Déc - 3:22

"- Ne serait ce pas la belle Shalimar, épouse de Ginta Gulkis?
- Sergent Jakay de la famille Unirz. Comment va votre femme?
Demanda Shalimar.
- Comme toujours, elle est grincheuse en cette période, répondit le soldat. Vous n'êtes pas ici pour prendre des nouvelles je suppose?
- Effectivement. Je suis là pour le noghri.
- Il a tabassé un soldat. Son procès est pour demain. Je pense qu'il va finir ses jours en prison.
- C'est étonnant de voir un noghri par ici. Surtout pour foutre le bordel. La caution n'a pas été fixée?
- Non, il n'y en aura pas.
- Je veux qu'il soit libéré dès maintenant.
- Je ne peux pas. Il est accusé de violence sur un garde.
- Et si je me porte garante de lui?
- Il recommencera ce soir quand il aura trop bu, il frappera un autre soldat et il sera décapité sur la place publique.
- 1.000 pièce d'or pour l'empire. Au fond c'est un animal non? Il peut être dompté.
- Un animal dis tu? Dans ce cas j'accepte. Fait envoyer l'or à la maison impériale. Il sera jugé dans un mois. Et si tout se passe bien, il n'aura qu'à payer une petite amende. Si par malheur, il s'attaque à un civil, un soldat ou un cheval, je le ferai tuer sans hésitation. Nul ne peut ignorer la loi.
- C'est entendu. Ginta fera envoyer l'or dès demain.
- S'il cause le moindre problème, tu en seras responsable et Ginta ne pourra rien pour toi. Je me suis bien fait comprendre?
- Tu n'es pas obligé d'utiliser ce ton avec moi, Jakay."


Le sergent changea subitement d'expression de visage suite à la dernière phrase de Shalimar. Un grand sourire amical. Jakay était un homme de justice. Parfois rude d'impression, il accordait beaucoup d'importance à la moral. Son amitié pour Shalimar et la confiance qu'il avait en elle, suffit pour faire libérer le noghris. Ses menaces n'étaient cependant pas de veines paroles. Il serait bien capable d'exécuter la sentence si Shalimar ne respectait pas ses promesses.

Alors qu'il s'apprêtait à partir du cachot, il se retourna vers Shalimar.

"Puisque tu as dis que ce noghris est un animal que tu peux dompter. Jusqu'au couché du soleil, il devra porter une muselière. Compris?"
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jdr-leval.1fr1.net
Krighris
Dénichieur de défo
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 14/11/2008

Feuille de personnage
Rang social: éclaireur d'une tribu Noghris

MessageSujet: Re: Latenrielle, ville voisine du fort de Tond   Jeu 1 Jan - 21:07

RAAAAAAAAAAAAAAAAAAH CHUI EN TAAAAAAAAAAAAAAAAAAULE ! Pourquoi moi ? Je me souviens même plus pourquoi…
-« Salut ! »
-« Salut ! »
dirent deux voix inconnues.
-« Salut…Aie j’ai mal… » répondis-je.
-« Moi c’est Ralf. »
-« Moi c’est Rolf. »
-« Pourquoi es-tu lç ? »
dirent-ils en cœur.
-« Je pas savoir, je plus souvenir… »
-« Alors c’est l’alcool. »
-« Oui, l’alcool. »
-« Tu étais ivre. »
-« A cause de l’alcool. »
-« Ah, euh, d’accord. Et vous, lç pour quoi ? »
demandai-je.
-« J’ai volé une pomme. »
-« Une pomme, oui, nous avons volé. »
-« Vous ici juste pour pomme voler ? »
-« Non, ce n’est pas la première fois. »
-« C’est même pas la dernière. »
-« Faudra qu’on fasse attention la prochaine fois. »
-« Faudra être prudent, très prudent. »

-« Vous dans…euh maison à côté ? »
-« Oui, la cellule d’à-côté. »
-« En vérité, la cellule à côté de la cellule de la mort. »
-« La cellule de la mort ? »
m’interrogeai-je.
-« Celle où tu es. »
-« Avec les chaînes pour attacher les membres. »
-« La cellule de la mort, oui. »
-« Celle dans laquelle on ne revient jamais deux fois. »
Réconfortant…
-« Pas la peine revenir, sortir suffir… »
-« Ca, pour en sortir,t’en ressortiras, tu sais. »
-« Tu ne resteras pas dedans, pas de doute, tu ressortiras ! »
-« J’ai plus tellement envie de sortir, finalement… »
-« Mais tu sortiras. »
-« Et tu ne rentreras pas chez toi. »
-« Car tel est le destin de l’occupant de la cellule de la mort. »
finirent-ils en cœur.

Oulaaaaaaaaah je suis pas sorti de l’auberge moi…Peu après vint un type que j’avais apparemment bien amoché, qui fut assez violent ! Peuh, la violence c’est l’arme du faible ! N’empêche que si je sors de la, je l’arrange encore un peu !
Quelques jours plus tard, on m’a autorisé a sortir. Et qu’est-ce que j’avais faim ! A force de boire que de l’eau en même temps…Je dis adieu aux frères Ralf et Rolf :

-« Nous ne nous reverrons donc pas. »
-« Ca jamais. »
-« Mais tu n’as pas eu le dernier repas du condamné. »
-« Moi pas être condamné peut-être. Moi être libre et heureux. »
-« Tu vis dans un rêve. »
-« Mais un rêve heureux. »
-« Un rêve heureux mais un rêve. »
achevèrent-ils.
-« C’est ça ! A la prochaine ! »

Dans la cour, six hommes attendaient, avec le sergent parmi eux…
-« Il reste une dernière formalité, qui soulagera le monde de tes bavardages incessants et désagréables… »
-« Hein ? »
-« Toi pas comprendre maintenant, mais toi comprendre vite ensuite »
dit-il avec un sourire carnassier. « Amenez la muselière ! »
Je jugeai préférable, en raison de la situation et de mon état de faiblesse, de lutter de toute mes force. Je me fis etaler par derrière d’un seul coup de poing…
-« Bien, ce petit noghris m’a l’air tout equipé pour se balader, on va l’amener à ses nouveaux maitres… »
-« M mmm mm mmmmm mm mmmmmmm m mmmmmmmmmmmmmmmmmmm »
-« C’est ca, je me sens mieux dans le silence, la, c’est agréable… »
-« MMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM. »
-« Ah au fait, dans un mois, faudra que t’ailles à ton procès, si jamais une forme aussi primitive que la tienne comprend ce terme…Sinon c’est ta sauveuse qui prendra ! »


J’hallucine, une museliere ! Des que je pourrais, quand il aura arreté de se planquer derrière ses copains, je vais lui exploser sa sale face de rat ! Une muselière ! Ca va pas se passer comme ca ! Taaaaaaaaper, JE VEUX LE TAPER !
Hep, mais la museliere, je peux l’enlever quand je veux, nan ? On dirait bien. Et donc dès que possible, je me barre. Ouais, tous ces humains, c’est encombrant, inutile, et surtout ca attire les ennuis. En plus d’être très chiant !
Je prends mon argent et je vais m’établir autre part ! Ouais, mon arg…MON ARGENT ! ILS ME L’ONT VOLE J’EN SUIS SUR ! RENDEZ-MOI MES RONDS BRILLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANTS !

Ca m’étonne pas des humains, tous des cons ! Ouais ! Je rentre à la maison dès que possible ! Ouais ! Je vais retrouver Kahra, les Shamans me pardonneront, et je deviendrais un héros…

-« Euh, chef, pourquoi le noghris bave ? »
-« Et bien, ce n’est après tout qu’un animal, on pouvait s’y attendre… »
-« Mmmmmm m mm mmmmmmm mmm mmmmmmmmmmmm »
-« Jetez-le dehors ! »


Ouille ! Tiens voilà le Traître Pourfendeur de Shamans, puisse-t-il être maudit douze fois par chaque facette ! Et à côté se trouve l’autre abrutie qui est venue me voir en taule. J’espère qu’elle va pas me saouler…
-« Bonjour, Krighris. Je suis celle qui a reussi le tour de force de te faire libérer de tes chaînes. Je m’appelle Shalimar. »
-« M-m-mm-m. »
Rien à foutre.
-« Je suis moi aussi enchantée de faire ta connaissance ! » Ha ! La blague, elle croit vraiment que…POUHAHAHAHAHAHAHAHA !
-« Bref, » reprit-elle, « J’étais dans la taverne le soir où tu as agressé ces soldats… »
-« Mmmm m mmm mm ! »
Puissent-ils mourir dans la minute !
-« Ah euh…Donc j’étais là et je t’ai vu te battre, toi et ton ami... »
-« M ? Mm ? M, m m mm ! »
Ax ? Se battre ? Non, un sale traître !
-« Heu, Ax, il dit quoi, là ? »
-« Je dirais qu’il m’insulte. »
-« Ah…Bref, j’ai besoin de gardes du corps pour explorer le vaste monde, et je vous ai choisi. »
-« Mm m m m m m mm ? »
Pasque tu crois que je vais t’aider ?« M m m m m ! » Tu vis dans un rêve !
-« Bon, nous verrons ça quand tu seras débarrassé de ta muselière. En attendant, je vous ai payé une chambre à l’auberge où je suis. Allons-y. »

Nous nous rendîmes donc à l’auberge où nous avions une chambre à nous. Alors qu’Ax se couchait sur son lit et s’endormait, je me retenais de l’égorger sec. Je me demandais si ça comptait comme lui sauver la vie de ne pas le tuer moi-même. J’imagine que non, dommage, je serais déjç libéré de mon serment dans ce cas-là…
Je m’approchais en taupinois de la forme endormie, les mains tendues vers l’avant, se crispant spasmodiquement. Je saisis finalement ce que je cherchais : un bourse bourrée de Ronds Brillants et d’un Anneau. En sortant, je percutai malheureusement un pied de table et ne put retenir un hoquet de douleur. Ax s’éveilla sur le coup, et il vit très distinctement que je tenais une bourse qui ressemblait beaucoup à la sienne, et que cette dernière n’était pas avec lui…

-« Au voleur ! Mon Tréssssssor, mon Précieux Anneau du Sheik ! »

Je bondis dans l’escalier que je devalai quatre à quatre, suivi de près par Sméagol…euh Ax. Je semai mon poursuivant dans une ruelle puis partit vers la grande route, jusqu'à atteindre une bourgade paisible. Le nom ? Il ne m’intéressait pas. Il fallait que je quitte le plus vite possible ce pays de fous, et surtout d’humains.
Tout à coup, une odeur qui ne m’était pas inconnue atteignit mes narines. Subjugué, n’ayant même pas le choix quant à mon prochain mouvement, je tournai dans une ruelle chichement eclairée. Me souvenant de la situation, j’arrachai ma muselière dans un coin d’ombre, puis reprit ma route. Une porte ouverte, une lumière mystérieuse qui jaillit dans la ruelle…Quelques bruits filtrant de l’intérieur…Je pénétrai dans la mystérieuse bâtisse et m’exclamai :

-« Allez, Patron ! Sers-moi donc une bière ! »
Je fus servi, et payai plusieurs coups d’avance avec la fortune de mon cher ami Ax, le valeureux compagnon qui m’offrait en cette soirée magnifique une beuverie à la taverne, puisse son nom être béni quatre fois par chacune des quatre facettes ! Puis un sommeil réparateur s’empara de moi, et je glissai au pays des songes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Latenrielle, ville voisine du fort de Tond   

Revenir en haut Aller en bas
 
Latenrielle, ville voisine du fort de Tond
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tourisme: les joyaux de Fort-Liberte
» Flashback sur la ville de Jérémie
» A propos du service de l'EDH
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Val des Intouchables :: Partie Jeu : L'empire de l'est :: Les villes-
Sauter vers: